Gestion des déchets de haute activité et moyenne activité à vie longue et les enjeux du projet Cigéo

Formuler mon avis

Ajouter une contribution en cliquant sur le bouton “Ajouter ma contribution”

Ajouter ma contribution
  • Site de Bure: Pas d'urgence à lancer la mise en oeuvre de CIGEO

    JLT | 02 Février 2021 - 22h37

    Les travaux de l’Andra montrent que le site de Bure peut accueillir les déchets de haute activité. Ce sera le seul site de stockage en France pour ces déchets, aussi convient-il de le gérer de façon optimale :
    1) Son accueil ne peut se limiter à l’inventaire du parc actuel autorisé (projet CIGEO). Il faut s’assurer que les déchets à l’ issue de la fin d’activité nucléaire et ceux des futurs éventuels programmes nucléaires à venir trouveront leur place à Bure. L’assurance de pouvoir stocker les déchets futurs à Bure conditionne par exemple le lancement de futurs EPR.
    2) Lancer la mise en œuvre de CIGEO dès maintenant apparait prématuré. Prendre cette décision alors que des programmes nucléaires nouveaux peuvent être encore lancés signifierait une installation souterraine ouverte sur de nombreux siècles, ce qui serait très problématique (cout, sureté, etc…)
    Conclusion : Evaluer d’abord la capacité de stockage du site; lancer CIGEO quand le nucleaire s'arrêtera.

  • Stabilité à LT et décroissance radioactive

    daugias | 02 Février 2021 - 17h21

    Le stockage en couche profonde est la solution retenue par les pays disposant d'une industrie nucléaire; la Finlande exploite déjà un tel stockage.
    La qualité des fossiles retrouvés dans la couche d'argilite retenue pour CIGEO montre que cette couche présente une stabilité sur une période d'au moins 200 MA, ce qui garantit la tenue du confinement à LT. Les réacteurs naturels d'Oklo âgés de 2,1 MdA démontrent que les distances de diffusion des produits de fission restent très faibles (quelques cm), ce qui rassure pour l'éventuelle diffusion des produits radio-actifs contenus dans les colis de déchets en cas de détérioration.
    CIGEO répond aux attentes d'un stockage sûr et suffisamment pérenne.

  • Centre de stockage souterrain de BURE : Pour quels déchets? Quand le mettre en oeuvre?

    JLT | 29 Janvier 2021 - 19h15

    Désolé, mais on est bloqué bien avant d'avoir écrit 1000 caractères. Pouvez vous revoir le site.
    Merci

  • CIGEO est une nécessité et constitue une responsabilité de notre génération à ne pas repousser sans cesse les enjeux

    h24 | 27 Janvier 2021 - 12h02

    Le stockage géologique profond apparaît comme la meilleure solution pour traiter le sujet des déchets HA MAVL en toute sûreté. C'est également une responsabilité de mettre les moyens de notre géération pour traiter le sujet sans repousser aux générations suivantes la charge associée.

  • Cigéo - Enterrer le passé pour se tourner vers l'avenir

    BenitoSanchez | 21 Janvier 2021 - 09h14

    La question de la gestion des déchets laissés par les générations précédentes et la notre doit être réglée par nos soins, hors du débat sur le nucléaire.
    Par chance l'industrie nucléaire est la seule a avoir provisionné depuis le début les ressources financières liés au traitement des déchets. Il faut donc utiliser ces ressources à notre époque pour traiter définitivement le sujet, sans reporter la charge financière, politique ou éthique sur les générations futures.
    La mise en sécurité en profondeur des éléments HA-MAVL dans une zone naturellement efficace pour le confinement apparait comme la meilleur option. A ce titre Cigéo est parfaitement adapté au stockage définitif très long terme des déchets, attendre ou faire végéter le projet ne serait que lâcheté vis-à-vis du futur de notre planète et de ses habitants

  • Cigéo est nécessaire et doit envisager une mise en oeuvre dans un monde en décroissance

    Vincent | 14 Janvier 2021 - 13h55

    Qu'on le veuille ou non, ces déchets radioactifs existent et doivent être mis en sécurité pour une très longue période. Cigéo doit permettre leur stockage sûr, même en considérant les difficultés croissantes que va rencontrer l'humanité en se heurtant aux limites d'un monde fini.

  • Se tourner vers l'avenir

    CP44 | 13 Décembre 2020 - 11h31

    L'enfouissement des déchets est une solution à courte vue, tout comme l'est le nucléaire. Il est temps de renoncer aux énergies du passé qui en plus d'être dangereuses engloutissent des sommes faramineuses qui ne peuvent pas être utilisées à d'autres recherches. Renoncer au nucléaire, il y a déjà assez de déchets dont on ne sait que faire

  • CIgéo : un projet obsolète

    Michel GUERITTE | 12 Novembre 2020 - 09h04

    Tout a été dit sur la folie de vouloir enfouir des déchets aussi dangereux à 500 m sous terre en pariant qu’ils ne feront jamais de dégâts à la surface. Je vais donc résumer ici une analyse de Bertrand THUILLIER qui montre que CIGéo est un projet obsolète, un vieux projet du siècle dernier, implanté au mauvais endroit, un concept low-cost au détriment de la sécurité, et qui finalemeent ne répond pas à ses objectifs. Il a été Imaginé dans les années 90 - étudié dans les années 2000 à 2010 - La Demande d’Autorisation de Création est pour la fin 2020 - Le démarrage des travaux vers 2025 - la fin d’exploitation vers 2150.
    Il y a des risques d’effondrement des alvéoles de 800 à 850 m de long, conçues pour recevoir des colis sans protection radiologique. La maintenance est quasi impossible. Il y a des risques d’explosion avec la production d’hydrogène provenant des colis et de la corrosion. Il y a les produits bitumineux. Ce mode de stockage dans l’argile est une véritable usine à Hydrogène !
    Et Cigéo n’a pas même pas été conçu pour accepter les combustibles usés ! Dans les années 1990, durant le nucléaire flamboyant, les combustibles usés n’étaient pas considérés comme des déchets. Ils devaient être utilisés dans les Réacteurs à neutrons rapides, mais tous ces réacteurs de recherche et d’exploitation sont aujourd’hui arrêtés.
    Le choix de Bure, et donc de l’argile, a été malheureux parce qu’il n’a pas été fait sur des critères scientifiques, mais uniquement politiques. L’argile s’avère être la pire roche pour enfouir : elle est saturée en eau, et elle est très friable donc non-auto-porteuse. D’où le surcoût des soutainements. Pour réduire les coûts, l’ANDRA a fait le choix de diminuer le volume des colis, et de diminuer le nombre des alvéoles. Les colis n’ont donc pas de protection radiologique. Il est alors impossible de reprendre des colis défectueux et d’effectuer la moindre maintenance. Les alvéoles sont les plus grandes possibles de type entrepôts (économie d’échelle et optimisations). Toutes divergences d’un seul colis entraîne un effet sur l’ensemble de l’alvéole (effet systémique).
    Cigéo est donc une installation très sensible au risque incendie : volume - non conformité possible des colis - hydrogène - bitume - ventilation - étincelle (batterie, frottement...)
    Il est impératif d’appliquer le principe de précaution, d’entreposer les déchets en sub-surface, et de prendre le temps d’étudier une autre solution.

Back to top